La journée de la jupe : une fable feministe et à l’éloge des professeures.

Mme Bergerac, professeure de français, se retrouve dans un collège de St-Denis. Face à des élèves essentiellement masculins , qui ne respectent rien ni personne et encore moins ses tenues, une jupe et un haut. Malgré les  “avertissements“ de ses proches, lui disant que ce n’est pas une “ tenue convenable “ par rapport à son établissement, elle refuse de céder. Vous l’aurez deviné, c’est à ce moment qu’arrive le drame ! Lors d’un cour sur Le Bourgeois Gentilhomme, elle trouve une arme. S’ensuit  une multitude d’évènements qui s’avèreront dangereux : pour les élèves ainsi que pour sa carrière. 

 

La pièce se déroule dans un décor minimaliste : un bureau et cinq chaises, ce qui fait son charme. Parfois coupée par des micro-vidéos pré-tournées, on se laisse prendre au jeu. De temps en temps, un petit sursaut, vous devinerez pourquoi… L’histoire se poursuit sans accroc grâce au jeu des acteurs, sans faille. Acteurs qui permettent de suivre plusieurs personnages, plusieurs histoires qui font  parfois le lien avec l’actualité. 

La pièce, adaptée d’un film (lui même adapté d’un livre) est originale. Elle porte un beau message féministe; celui de la liberté vestimentaire, qui s’accorde avec l’égalité homme-femme. Encore plus dans le contexte actuel où certaines jeunes filles n’ont plus cette liberté, doit-on vivre dans la peur de déconcentrer certains garçons dans leur apprentissage ou doit-on apprendre aux garçons à respecter les femmes ?

Dans une société où venir en jupe n’est plus toléré, qu’importe la longueur. Revenons sur nos pas  pour respecter les acquis de nos arrières-grands-mères et pouvoir choisir librement entre pantalons et jupes !

Un bon moment à passer seul.e ou accompagné.e.s, pour les enfants et les adultes, les professeurs et les élèves.

 

Une pièce de Jean-paul LILIENFELD, mise en scène par Frédéric FAGE avec Gaëlle BILLAUT-DANNO. Vu par certain élèves de troisième et de quatrième.

Les commentaires sont fermés.